Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le mouvement anti-SQL s'amplifie ?

Le , par Annaelle32

22PARTAGES

1  0 
Les adversaires de SQL multiplient les actions de protestation contre ce qu’ils appellent « la tyrannie » exercée par SQL dans l’univers de la gestion des bases des données. Mais la relève est-elle bien prête et constitue une alternative fiable et tout aussi bien performante ?
Rencontre NoSQL

Ceux qui disent non à SQL ont organisé, le mois dernier, une rencontre à San Francisco, pour discuter de leurs soucis quant à l’hégémonie de SQL. Cette rencontre, hébergée dans une salle de réunion de CBS Interactive, a vu la participation de 150 personnes, issues de divers horizons informatiques. En décrétant la fin du règne de SQL, ils préconisent des solutions moins onéreuses mais tout aussi efficaces pour gérer les bases de données.
L’un des orateurs, Jon Travis, directeur en système de base de données relationnelles chez SrpingSource, a déclaré que SQL étouffe ses utilisateurs par de nombreux modules ou outils qui leur obligent à tous les coups à maltraiter leurs bases de données. Pourquoi ne pas leur offrir juste ce dont ils auraient besoins ?

Éveil de l’open source

Les grands initiateurs de ce mouvement sont les développeurs Web et Java. En effet, ils ont essayé par leurs propres moyens de créer leurs propres outils de gestion de base de données, faisant fi des prestiges d’Oracle, et en s’inspirant des divers programmes open source livrés sur le net. L’un des organisateurs de la rencontre NoSQl, Johan Oskarsson, lui aussi développeur mais basé à Londres, martelaient que les participants doivent prendre des risques et être convaincus des solutions NoSQL. Il continue en affirmant que beaucoup de développeurs assez fidèles à MySQL, l’ont abandonné au profit de Web 2.0, une alternative NoSQL dont les avantages certains ne peuvent pas être volontairement mis sous silence. L’exemple de Facebook a été évoqué pour étayer cette thèse. En effet, selon l’ingénieur de Facebook, Avinash Lakshman, son stockage de données fait confiance à Cassandra pour les interrogations, plutôt que de se servir de MySQL. Comme pour mieux justifier son choix il affirme qu’il ne faut que 0,12s pour écrire dans sa base jusqu’à 50Gb de données. Soit 2500 fois plus rapide que MySQL.

NoSQL

Ce terme désigne, en fait, un ensemble de projets dont la finalité reste le rejet définitif de tout ce qui se réfère au gestionnaire SQL. Selon ses concepteurs, chaque projet revêt son propre nom, au gré de leurs fantaisies : Hadoop, Voldemort, Dynomite, entre autres. Google appelle Bigtable, sa base de données.

Une des caractéristiques communes de NoSQL, c’est que ces logiciels peuvent manipuler d’énormes volumes de données et se sont inspirés sur le modèle de Bigtable. Ainsi, selon un ingénieur de Zvents, Doug Judd, le moteur de la base peut écrire sur 1 milliard de cellules de données par jour. En attendant, Bigtable conjointement avec la technologie MapReduce arrive jusqu’à 1 pétaoctets de données par jour. Et TRavis de SpringSource d’appuyer que les gens traitent tellement de grandes quantités de données qu’ils recherchent d’autres solutions plus avantageuses, bref d’autres alternatives que celles proposées par SQL.

La solution NoSQL permet également de bénéficier d’une grande souplesse de l’étendue des clusters, si bien qu’il ne sera plus nécessaire de morceler les grands paquets de données vers plusieurs autres tables. Cette technologie est doublement rentable tant en terme de fiabilité qu’en terme de coût d’exploitation. Google confirme en annonçant que l’un de ses plus grands clusters gèrent plus 6 pétaoctets de données sur des milliers de serveurs. Bien sûr, disait Javier Soltero de SpringSource, le Rac (Real Apllication Clusters) d’Oracle pourrait offrir une performance identique, mais quel sera le prix à payer ?

De plus, la technologie adoptée dans NoSQL élimine les goulots d’étranglement générés par les outils traditionnels, notamment en offrant des formats plus fluides dans les opérations de traduction. Du côté d’Adobe System Inc, les concepteurs se sont aussi tournés vers la solution NoSQL lors de sa relance d’Adobe ConnectNow pour la simple raison que MySQL ne semble pas s’adapter à des bases de données très simples. Cette nouvelle version de ConnectNow s’appuie sur le clustering Java de Terracotta Inc pour gérer ses formats java, ce qui lui a donné deux fois plus de rapidité, comparée à la précédente version, un système de base de données relationnelles étant complètement inadapté.

Open source
Du fait ces options NoSQL sont conçues open source, ces logiciels ne bénéficient pas (encore) d’un cadre officiel de soutien. Ce qui n’est le cas pour certains qui peuvent s’acquérir d’une protection matérielle et financière.
Bref, autant d’arguments plus ou moins objectifs et rationnels qui cultivent l’esprit NoSQL. Quoiqu’il en soit, une frange de développeurs ne peut s’empêcher de se demander s’il est vraiment raisonnable de prendre les Hadoop, Voldemort au sérieux !

Voir aussi
Le portail SGBD
Le portail SQL
Les forums SGBD

Qu'en pensez vous?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 28/06/2010 à 16:37
Citation Envoyé par pseudocode Voir le message
Quand à l'utilisation des SGBD partout, j'attends toujours qu'on me donne une réponse objective sur la nécessité d'utiliser la théorie relationnelle pour le stockage du cache de Firefox.
Personne n'a jamais prétendu cela. Personne ne vous dira qu'il faut utiliser un SGBDR partout et pour tout !
Pour ma part il m'arrive même de prôner encore COBOL pour sa rapidité d'accès aux fichiers et FORTRAN pour le stockage des données de calculs (la gestion des overlay en fortran n'a pas d'équivalent en terme de puissance de calcul vs concision des données...).
Le problème est qu'un certain nombre de personne utilisent des SGBDR à mauvais escient et viennent s'en plaindre après.
Je citais dans mon papier "darwinisme" l'article de Laurent Bédé.
Ce monsieur faisait des traitement temps réel de transaction financière et disait qu'il n'aurait pas pu le faire avec un SGBDR ? Est-ce le rôle d'un SGBDR que de faire du temps réel comme le pilotage d'une fusée ??? (on se marre !)

Quand vous lisez dans wikipédia la phrase suivante :
"Le meetup NoSQL de San Francisco du 11 juin 2009 a été particulièrement important pour le développement de cette tendance. Plus de 100 développeurs de logiciels ont assisté à des présentations de solutions telles que..."
On se bidonne !!! Dire qu'un meeting international réunissant 100 pékins a été important me parait un contresens absolu !!!! (http://fr.wikipedia.org/wiki/NoSQL/wiki/NoSQL)

Enfin, dernière remarque :

"
Il est remarquable de constater que tous les acteurs du mouvement nosql sont concentrés autours des géants de l'industrie informatique auquel le marché des bases de données relationnelle échappe, parce qu'il est concentré sur les trois grands éditeurs que sont Oracle, IBM et Microsoft. Il est non moins intéressant de savoir que parmi ceux qui prétendent offrir une solution nosql certains utilisent pour le stockage final des SGBD relationnels ! Enfin, la plupart des alternatives proposées ressemblent aux bases de données multivaluées qui ont été abandonnées à la fin des années 80 du fait de leurs mauvaises performances tant dans l'extraction de données qu'en matière d'écritures. Or le stockage en ligne des données constitue un marché lucratif, sensible et stratégique notamment par le fait de l'inertie inhérente au stockage des données. Il convient donc de se poser la question de savoir si ce mouvement est un effet de mode, une action mercatique de groupe ou bien relève d'un intérêt technique réel...
"

Ces propos sont les miens, mais ont été retirés de wiki... Vous parlez de lobying ???

A +
4  0 
Avatar de viking1404
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/07/2009 à 0:18
Lors d'une discussion avec un "professionnelle" celui-ci m'a indiqué qu'il n'utilisait plus que JPA, car il en avait marre d'écrire des requêtes SQL.

Traduction : je suis trop mauvais pour écrire des requêtes SQL qui fonctionnent du premier coup alors je prends une alternative qui ne me prend pas la tête.

Je ne dis pas que tous les fans de "noSQL" ne comprennent rien à SQL.

Je ne dis pas non plus que le "noSQL" c'est le mal. Il y a sans doute des cas ou c'est très utile.

Je dis juste que j'en ai marre de voir de plus en plus de technologies émerger pour principalement remplacer les incompétences de certaines personnes.
3  0 
Avatar de Keihilin
Inscrit https://www.developpez.com
Le 08/07/2009 à 8:45
Citation Envoyé par eomer212 Voir le message
ouais, finalement, plutot que de faire des plans sur la comete, j'ai été voir, et ca me fait peur
A part le mal réveillé en première page qui a pris ça comme une attaque directe sur MS SQL Server, personne ne tire de plans sur la comète

Citation Envoyé par eomer212 Voir le message

il veulent finalement, avoir quelque chose qui gére des tables de stockage mais sans relations entre elles, donc, ces relations (si elles sont necessaires) devront être externalisées dans le programme appelant.
Oui oui, c'est pas pour rien que BigTable est plusieurs fois cité comme exemple.

Citation Envoyé par eomer212 Voir le message

ici, l'organisation, la hierarchisation ne sont plus de mises.
on stocke les données et on les lit. point. finalement, ils reinventent le fichier plat
Citation Envoyé par eomer212 Voir le message

pour moi, c'est du n'importe nawak..
Tu sais, je connais pas mal de cobolistes qui continuent à accéder à DB2 en mode natif et à traiter les tables comme des fichiers plutôt que d'utiliser SQL; ils t'expliqueront le plus sérieusement du monde que SQL c'est n'importe quoi et que l'accès natif est plus rapide (ce qui est vrai à l'échelle du pouième de seconde).

Tu parles justement d'organisations des données, et c'est là la clé du problème. L'organisation des données induite par les SGBDR n'est pas la panacée absolue !

Face à de nouvelles problématiques rencontrées par Google ou Facebook, on tombe clairement sur des "faiblesses" du relationnel et il faut envisager de nouvelles approches.

Le problème est clairement que ces nouvelles approches ne se justifient que dans certains cas mais que malgré cela, il y a un risque d'effet de mode dans lequel les incompétents du SQL vont s'engouffrer...
3  0 
Avatar de Waldar
Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/08/2009 à 14:55
Je pense que toute cette discussion est relativement inutile.

Les bonnes solutions (meilleur compromis performance / coût / fonctionnalités / support / R&D) sont choisies par le marché.

Les SGBDR et SQL ont fait leur trou car ils remplissent leur rôle.

Ils ne sont pas adaptés à Google ? Pas de soucis, Google invente sa solution qui convient, sur un secteur très particulier. Est-ce que Google a eu raison ? Oui.

Est-ce que ça remet en cause les dizaines d'années d'implémentation des bases de données dans d'autres contexte d'exploitation ? Non.

Il n'y a pas une solution à un problème, il y a plusieurs solutions à plusieurs problèmes et je ne vois pas ce qui est gênant, il y a de la place pour tout le monde.
3  0 
Avatar de Plageman
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/07/2009 à 18:42
Vu le poids des éditeurs de SGBDR, les adversaires de SQL ont intérêt à avoir de solides arguments.
Pour ma part je ne comprend pas comment on peut s'assurer de l'intégrité des données dans une base non relationnelle ??
2  0 
Avatar de alexlem
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/07/2009 à 4:56
Je pense que le but de NoSQL n'est pas de remettre en cause le language SQL en tant que tel.

Il s'agit plutôt de proposer des alternatives au modèle de données relationnel pour des cas d'utilisations bien spécifiques.

Nottament pour gérer des très grand volumes de données.

Après on peut très bien imaginer interroger ces nouveaux types de bases de données avec un langage de type SQL.
2  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 06/07/2009 à 18:23
Ce mouvement est bien entendu la conséquence désastreuse de la perte de connaissance sur ce que sont les données et l'intérêt des SGBDR en général comme outil central de toute application gérant des données.

Relisez l'article que j'ai posté sur le développement en base de données épaisse... Bien sur je suis à contre courant. Mais à contre courant du marketing, pas de la technologie....

Posez vous la bonne question, à savoir d'où vient ce mouvement contestataire ?

Il est assez simple de constater qu'il vient de deux horizons bien identifiés : ceux qui prônent le tout objet via notamment Java (un langage en perte de vitesse et désormais "acquis" par Oracle à travers Sun) et quelques autres industriels qui préféreraient vous voir plonger dans leurs solutions captives comme Google !

Quand aux SGBDR "SGBD-attributs/valeurs" ils ont 20 ans de retard. C'est un modèle qui a eu son heure de gloire un peu avant les SGBD relationnels, notamment avec Pick...

Bref, ce débat c'est Darwwin contre le créationnisme. Un mouvement très en vogue aux US en ce moment !

A +
3  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/07/2009 à 8:48
Si je ne suis pas le raisonnement des anti-SQL, je trouve néanmoins, SQLpro, que tu est gonflé de te poser en seul défenseur de la vérité face à une horde d'escrocs.....

Mon point de vue : il faut un système pour gérer les données. SQL ou un autre. Sauf que SQL, malgré ses défauts, est standard. Perso, je ne vais pas m'emmmnuyer à faire autre chose, parceque ça n'aurait pas de valeur ajoutée. Mais ça ne fait pas de SQL la panaçée : c'est juste un standard qui convient à peu près.
2  0 
Avatar de nicorama
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 07/07/2009 à 11:36
Je ne vois vraiment pas où il y a débat. J'utilise Hibernate via JPA et je crée ma database en SQL. Ya aucun conflit, les zenfants

Je ne vois pas comment utiliser un ORM sans connaitre le SQL, quoiqu'il en soit connaitre les deux ne vous rendra jamais plus idiot.
2  0 
Avatar de ladeche
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 07/07/2009 à 15:36
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
N'est-on pas en train de vouloir faire faire au SGBD des choses qui ne sont pas de son ressort ?
En l'occurrence j'ai compris le contraire. On est en train de vouloir faire faire à d'autres systèmes des choses qui sont du ressort du SGBD.
2  0